Association Entraide Familiale 371-4

Aide et Soutien aux parents pour l'intérêt de l'Enfant
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Question, au cas où...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jovaca
P'tit nouveau
P'tit nouveau


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 24/07/2006

MessageSujet: Question, au cas où...   Ven 28 Juil - 14:14

Bonjour,

J'ai une belle-mère très toxique qui vient de se fâcher toute seule et qui semble avoir coupé les ponts avec son fils. J'ai de bonnes raisons de craindre une assignation future (bien que j'espère me tromper), car depuis la naissance de mon fils (3 ans) elle n'a eu de cesse que de le réclamer "pour elle toute seule", c'est-à-dire sans notre présence.

Ma question est la suivante: un JAf peut-il lui accorder un droit d'hébergement alors qu'elle a fait une tentative de suicide il y a un peu plus de trois ans et un séjour en hopital psychiatrique suite à cet acte ?

Merci beaucoup pour vos avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David
Invité



MessageSujet: Re: Question, au cas où...   Ven 28 Juil - 19:31

Elle peut tout à fait demander un droit et l'obtenir. Le passage en milieu psy est obligatoire suite à une TS. Eventuellement, si vous êtes assignée, vous aurez l'occasion de demander, par le biais de votre avocat, une expertise psy (mais ça peut etre à double tranchant).

Il faudrait essayer de trouver un dialogue avec elle, cela est-il possible selon vous ? Quelles sont les réactions du beau-père et de votre mari ?
Revenir en haut Aller en bas
jovaca
P'tit nouveau
P'tit nouveau


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 24/07/2006

MessageSujet: Re: Question, au cas où...   Ven 28 Juil - 20:18

Merci beaucoup pour votre réponse.

Je ne pense pas que le dialogue soit possible avec ma belle-mère. L'histoire est très longue, mais je vais essayer de la résumer juste pour que vous compreniez notre problème. A la naissance de notre fils elle a vu en lui le moyen de se raccrocher à la vie (ce sont ses termes). Après sa naissance, elle s'est révélée être intrusive, elle voulait être toujours présente, jusqu'à venir faire ses courses avec nous. Quand nous avons senti qu'elle prenait trop de place nous avons mis les choses au clair avec elle, gentiment, en lui expliquant que nous avions envie de nous retrouver tous les trois, que nous ne pouvions la voir toutes les semaines. Elle a alors pris des distances, mais de manière malsaine puisqu'elle nous a critiqués sans cesse, clamant à qui voulait l'entendre que nous étouffions notre enfant, que nous le faisions vivre dans une bulle à l'écart de la vraie vie (ce qui est faux, cela va sans dire).
Elle s'est révélée parfois inconsciente aussi d'un point d vue de sécurité, se penchant à la fenêtre avec mon fisl dans les bras (et sous traitement médicamenteux), et surtout elle n'accepte aucune remarque. Si elle a élevé mon mari, c'est qu'elle est capable de s'occuper d'enfants, donc nous n'avons aucune remarque à lui faire, même si nos conceptions concernant l'éducation ou la sécurité sont différentes des siennes).
Sans compter le chantage au suicide faussement subtil qui a beaucoup pesé sur mon mari: s'il ne laissait pas sa mère approcher son fils, il était un mauvais fils, et donc responsable du malheur de sa mère.
En fait elle a toujours voulu s'accaparer mon enfant, en m'arrachant la poussette des mains dès que je faisais mine de remettre en place une mèche de cheveux ou de chercher un mouchoir dans mon sac à main par exemple, avant de partir le plus loin possible avec la poussette.


ce ne sont que des exemples, évidemment.
A chaque tentative de dialogue, elle nous rejetait la faute, ramène toujours tout à elle (SON bien-être, SON mal-être, SES sentiments). Quand mon fils était petit elle le laissait pleurer dans ses bras sans se soucier de ses besoins, car ce qui importait c'était le plaisir qu'ELLE avait à ce qu'il soit dans ses bras.
Elle n'accepte pas nos conceptions d'éducation en tant que parents et surtout, elle ne les respecte pas, et c'est en partie une des raisons pour lesquelles elle ne voit son petit-fils qu'en notre présence.

Avec son fils (mon mari), ça ne se passe pas bien. Elle a été une mère tyrannique, sans affection, et bien sûr n'a pas conscience que si ses relations avec son propre fils étaient différentes, elle aurait par là-même plus de contacts avec son petit-fils.
Dernièrement, elle lui a raccroché au nez pour une broutille et depuis, le silence s'installe. Je ne vois donc pas comment le dialogue pourrait être un jour renoué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David
Invité



MessageSujet: Re: Question, au cas où...   Ven 28 Juil - 20:45

Bon effectivement je vois.
Dans l'immédiat surtout ne vous "bouffez pas la vie", profitez de votre vie à trois, que le silence qui plane ne soit pas un poids pour vous et surtout pour votre enfant.
Un recours à l'assignation serait certes abusif (vous ne vous êtes pas opposé à des relations, c'est elle qui demande plus et ne respecte pas vos décisions) ; toutefois un juge, surtout en première instance, pourrait lui donner gain de cause.
Comme je vous ai dit, la possibilité de l'experise psy est à réflechir (à voir avec votre avocat si éventuellement vous vous retrouvez assignés).

Autre méthode, demander à passer par une médiation familiale. Une tierce personne (qui vous écoute vous, puis la partie adverse indépendemment, puis en confrontation) peut avoir un effet bénéfique dans la résolution et la mise à plat de conflits familiaux. Dans tous les cas cela vous permettrait de gagner du temps par rapport à une éventuelle procédure, et surtout, si votre belle-mère refuse cette proposition, vous pourrez démontrer au JAF que c'est bien elle qui est hostile à toute communication avec vous. Cela jouerait grandement en votre faveur.

Voilà pour les pistes auxquelles je pense en ayant lu votre post.
C'est un peu tôt pour me prononcer davantage. N'hésitez surtout pas à nous tenir au courant, ou à venir poser des questions.

A bientôt, et bon courage
Revenir en haut Aller en bas
jovaca
P'tit nouveau
P'tit nouveau


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 24/07/2006

MessageSujet: Re: Question, au cas où...   Ven 28 Juil - 21:18

Merci. Nous allons essayer de rester zen.

Je ne suis pas rassurée pour autant. Je pensais vraiment qu'une tentative de suicide justifierait notre crainte, car nous n'avons pas confiance en elle pour s'occuper de notre enfant et c'est en partie pour cette raison. Quand elle a fait cela nous n'aurions jamais imaginé qu'elle en serait capable, nous n'avons rien vu venir, depuis nous la voyons comme quelqu'un d'instable et nous refusons que notre enfant soit seul avec elle.
J'osais espérer que c'était un argument de poids pour nous, ce n'est quand même pas anodin d'attenter à ses jours. On peut aussi comprendre nos réticences en tant que parents... Du moins le croyais-je. Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David
Invité



MessageSujet: Re: Question, au cas où...   Ven 28 Juil - 22:57

Vos réticences sont parfaitement légitimes et je les comprends. C'est particulièrement anormal d'avoir une personne en face de soi qui ne reconnait pas votre rôle de parent, et qui, puisque vous lui refusez ce qu'elle demande, vous assigne au tribunal.
Souvent, ce mécanisme est accompagné de chantages ou de pressions morales diverses.

Mon avis pour votre cas, c'est que la TS ne pésera pas reellement aux yeux du JAF. Certes ce n'est pas anodin. Comme je vous disais, une expertise psy serait necessaire pour montrer si votre belle-mère est reellement incapable de s'occuper de son petit enfant ou représente un danger pour lui.

Vous pouvez essayer d'obtenir des attestations ou témoignages de proches corroborant vos dires.
Revenir en haut Aller en bas
jovaca
P'tit nouveau
P'tit nouveau


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 24/07/2006

MessageSujet: Re: Question, au cas où...   Dim 30 Juil - 13:41

Merci.

Je vais attendre tranquillement en évitant de rendre cette absence de contacts trop menaçante et je reviendrai vers vous si jamais le pire arrivait.

Je viens vous lire régulièrement et je tenais à vous féliciter pour tous les conseils et le soutien que vous apportez aux familles en difficulté. D'ailleurs, en sachant que votre association existe, je me sens déjà plus forte, juste au cas où... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Question, au cas où...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Question, au cas où...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» question sur les cases du relevé 24
» Une future maman a une question a 100$ pour la CSQ
» Une question pour vos enfants
» question bricolage
» Question de la communication

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Association Entraide Familiale 371-4 :: Entraide Familiale 371-4-
Sauter vers: